29 septembre 2009

IV

L'intervention se déroule à merveille. Le brillant chirurgien, selon son tempérament, se tait,  blague, taquine, chante, écoute de la musique, tape du pied en hurlant sa colère... quoi qu'il en soit, je n'ai qu'une devise : me faire oublier, me concentrer sur mon patient.
Je note les paramètres respiratoires toutes les dix minutes, les pulsations et la tension toutes les cinq minutes, la température et la diurèse toutes les heures. J'entretien la narcose et anticipe l'analgésie. Je consigne consciencieusement toutes ces données sur ma feuille d'anesthésie. La vie est calme de ce côté du pare-champs.
Je prend soin dans le sens le plus noble, dans un moment où la personne est inconsciente et particulièrement vulnérable. Elle n'a même pas la mesure des gestes que je réalise et tant mieux. Je pourrai la croiser dans les couloirs sans qu'elle me reconnaisse.
Si vous êtes passés entre mes mains, à coup sûr, je me souviendrai de vous. Et il se peut que je sois celle qui vous regarde fugitivement du coin de l'oeil en vous rencontrant dans la rue. Je suis contente de vous voir en bonne santé.

Posté par spleens à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur IV

Nouveau commentaire