08 octobre 2009

La salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI) est l'endroit où les patients reprennent progressivement conscience de la réalité qui les entoure une fois l'intervention achevée. Chacun l'exprime différemment : certains sont agités, d'autres sont somnolents, dépressifs ou encore goguenards.
Différents critères permettent de s'assurer qu'aucune complication liée à l'acte chirurgical, anesthésique ou aux antécédents du patient ne se profile. Sur ma feuille de surveillance post-opératoire, je consigne toutes les dix à quinze minutes l'ensemble des paramètres : conscience, pulsations, tension artérielle, saturation en oxygène, fréquence respiratoire, température corporelle, évaluation du saignement et de la douleur. Si nécessaire, des traitements sont mis en place et le patient est surveillé jusqu'à stabilisation des fonctions vitales. Peu de personnes gardent un souvenir précis de ce séjour.
Aujourd'hui, c'est le poste que j'ai occupé toute la journée. J'y ai rencontré une dame opérée d'une hypertrophie mammaire, une autre qui venait se faire retirer ses prothèses mammaires ; un patient en globe vésical, un autre incontinent ; une patiente suicidaire, une autre qui espérait ne pas avoir le cancer. J'aime cette vie pleine de contrastes.

Posté par spleens à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La salle de surveillance post-interventionnelle

Nouveau commentaire